Double Dorjé - sct.: Vishvavajra - tib.: Dorjé Gyatram
Les Six Mondes du Samsara
Double Dorjé - sct.: Vishvavajra - tib.: Dorjé Gyatram

Les six mondes du samsara se divisent en trois mondes inférieurs et trois supérieurs. Les mondes inférieurs sont ceux des enfers (dont il existe plusieurs sortes), le monde des esprits avides et celui des animaux. Les mondes supérieurs sont celui des humains, celui des demi-dieux et celui des dieux (qui se manifestent dans le royaume du désir, dans le royaume de la forme ou dans le royaume sans formes). Deux de ces mondes nous sont connus: celui des animaux et celui des humains. Pour ce qui est de celui des esprits avides, fantômes ou autres, leur mention par différentes traditions de toutes les époques nous permet de croire que ces mondes existent réellement. C'est aussi le cas de celui des enfers dont de nombreux récits, parfois obscurs ou parfois très détaillés, donnent un aperçu de l'existence.

Or, il est important de réaliser que chacun de ces mondes comporte son lot de souffrances. Les souffrances des enfers chauds et froids sont insoutenables. Certaines personnes douées de facultés particulières peuvent percevoir ces enfers qui sont au nombre d'une vingtaine. Les souffrances endurées par les esprits avides sont aussi effroyables, alors que celles des animaux sont absolument accablantes.

Quant à l'être humain, il ne peut laisser sa main au-dessus d'une flamme, ne serait-ce que quelques secondes, sans ressentir une grande douleur. En hiver, nous ne pouvons rester dans le froid plus que quelques minutes. Passer une seule journée sans boire ni manger représente une grande difficulté, et une simple piqûre d'abeille peut être un supplice.

Comment serions-nous alors capables de supporter la chaleur ou le froid des enfers pendant des milliers d'années comme le font les êtres qui y sont, comme l'a indiqué le Bouddha, aussi nombreux que les grains de sable compris dans tous les océans ? Comment pourrions-nous endurer, pendant des centaines d'années, l'angoisse profonde de l'incapacité d'assouvir notre faim ou notre soif comme le ressentent les esprits avides dont le nombre, comme l'a indiqué le Bouddha, est égal à la quantité des grains de sable contenus dans tous les lacs et les rivières ? Comment tolérer les horreurs de l'existence animale qui, à bien des points de vue, est atroce, ceux-ci étant des milliards à devoir les vivre?

Méditer sur ces aspects du samsara provoque la terreur et l'appréhension, mais permet d'abandonner les causes d'une renaissance inférieure que sont les actions négatives du corps, de la parole et de l'esprit. On doit, de plus, cultiver les causes d'une renaissance supérieure: la compassion et les qualités vertueuses. Ces méthodes permettent de barrer la route aux renaissances inférieurs.

L'ignorance est la cause des actions négatives, et les actions négatives renforcent l'ignorance. Lama Samten explique que notre nature de bouddha, commune à tous les êtres, est comme le ciel bleu où brille le soleil. Nos actions négatives agissent comme un écran, un brouillard, un voile dans notre esprit, un peu comme les nuages qui nous empêchent de voir le ciel bleu. Notre nature de bouddha n'est jamais souillée, seul l'esprit de chaque être peut l'être. C'est pourquoi la purification occupe une place prépondérante dans la pratique du bouddhisme. Ces purifications agissent comme un nettoyage de l'intérieur, comme quand on fait le ménage de la maison régulièrement pour éviter que la poussière s'accumule et rende l'entreprise plus difficile par la suite.

En plus des différents rituels, parfois très élaborés, qui permettent de se nettoyer graduellement, on peut aussi utiliser les prosternations qui servent à purifier les actions négatives du corps, les mantras qui permettent de purifier celles de la parole et les ofrandes qui purifient les actions négatives de l'esprit.



Centre Paramita.


Imprimer cette page              Fermer la Fenêtre



Om Mani Pémé Houng - Om Mani Padmé Hûm

© Copyright 2004-12 . Tous Droits Réservés